Reconstruction of EU Overseas Countries and Territories hit by hurricane

Reconstruction of EU Overseas Countries and Territories hit by hurricane

This letter from the European Parliament (EP) is requesting the European Commission (EC) to treat both Sint Maarten and Saint Martin equally with regards to the EU funding they can access for the reconstruction of the entire island. The French side due to its status as a European OR has access to many EU funding sources such as the solidarity fund and the newly adopted natural disaster fund that offer financial assistance for reconstruction after natural disasters. Last Wednesday during a debate at the EP many Dutch and French MEPs reiterated the need for the equal treatment of both sides of the island. The message being that we are all EU citizens and should therefore in times of dire need be treated equally and not abandoned by the EU. The Commissioner present promised after the debate to do all within his power to help. Although this will be a long process, it is a battle worth fighting, not only for Sint Maarten, but for islands, such as, Anguilla, St. Barths, Saba, Statia, BVI and TCI that have the same status as we do on the Dutch side. We have all been hit by hurricane Irma and need to do all within our power to acquire external assistance in order to rebuild our countries in a more sustainable manner to the paradises they have always been.

Original article

By Carol Voges

development strategy Caribbean news European Commission feature news europeanunion-en Sint Maarten Carol Voges

La compréhension et la reconnaissance de l’innovation par la Nouvelle-Calédonie

La compréhension et la reconnaissance de l’innovation par la Nouvelle-Calédonie

Message de Milan Jezic von Gesseneck, Directeur du projet OCTA Innovation pour la Cérémonie de remise des prix EIC (Entreprise, Innovation, Créativité) en Nouvelle-Calédonie

J’ai l’honneur et le privilège de témoigner de l’engagement, du positionnement, et de la compréhension à propos de l’innovation de la Nouvelle-Calédonie au sein d’OCTA Innovation. La Nouvelle-Calédonie est sans conteste un des leaders dans tous les PTOM dans les capacités scientifiques, technologiques et de recherche. En même temps, il est primordial de reconnaitre que la Nouvelle-Calédonie est un des premiers PTOM à comprendre l’importance de l’innovation pour l’économie, tout particulièrement grâce à la compréhension du gouvernement dirigé par Président Philippe Germain. Ces deux aspects, combinés avec les richesses du pays et avec les richesses provenant de la créativité du peuple, donnent à la Nouvelle-Calédonie une place spéciale.

L’objectif principal d’OCTA Innovation est de soutenir les PTOM, les Directeurs de l’Innovation et les parties prenantes dans le développement des stratégies d’innovation pour leurs îles. Nous nous réjouissons que cette étape ait été couronnée de succès et j’aimerais remercier chaleureusement féliciter l’ensemble des directeurs de l’innovation et des acteurs de l’innovation pour leur dévouement et leur travail assidu, notamment Claude Constans, André Boudart, Pierre Labrosse, et enfin maintenant Jean-Michel Le Saux. J’aimerais utiliser cette opportunité pour remercier particulièrement Jean-Michel Le Saux pour sa participation active dans la Conférence internationale aux Açores, et notamment son appropriation du concept d’innovation systémique, caractérisé par un écosystème bien établi. Nous apprécions également son réel travail de mise en valeur des projets calédoniens lors de la nomination pour les prix EIC (Entreprise Innovation Créativité).

Chaque PTOM a conduit le processus d’élaboration de la stratégie d’innovation en intégrant et en impliquant toutes les parties prenantes, afin de recevoir leurs contributions et de parvenir à un consensus commun. Dans le cas de la Nouvelle-Calédonie, les consultations avec les acteurs de l’innovation ont même impliqué les représentants de 145 organisations, ce qui a donné 190 propositions de stratégie d’innovation ! Là aussi la Nouvelle-Calédonie a pris le lead parmi les autres PTOM. Le moindre domaine de l’innovation a été couvert, et nous sommes fiers de pouvoir annoncer que les stratégies reçues comprennent l’ensemble des aspects de l’innovation, de l’aspect entrepreneurial à l’aspect technologique, du renforcement des capacités à l’efficacité des ressources, de l’agriculture à l’énergie, des start-ups et pépinières d’entreprises. Ce dialogue continu, ainsi que cette mobilisation des acteurs de l’innovation menés par les Directeurs de l’innovation, se poursuivent et demeurent les fondements d’OCTA Innovation.

Les stratégies d’innovation sont passées à la phase de mise en œuvre. La Commission européenne encourage fortement et soutient le maintien de cette dynamique des stratégies d’innovation et la garantie de ces premières étapes. OCT Association a obtenu le soutien financier de l’Union Européenne par un montant d’1.5 million d’euros pour la réalisation des projets pilotes d’OCTA Innovation. La Nouvelle-Calédonie a reçu une subvention de la Commission Européenne pour son projet pilote «Recettes Bénéfiques : vers une autosuffisance alimentaire en milieu durable et insulaire ».

L’innovation est le moteur de la croissance économique durable et nous sommes fiers que les directeurs de l’innovation et que l’ensemble des acteurs de l’innovation des PTOM soient au fait des besoins de leurs îles et soient prêts à faire avancer l’innovation.

Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie est encore un territoire exemplaire parmi les autres PTOM en faisant de l’innovation un levier du développement économique et social, à travers des politiques publiques spécifiques. C’est dans cet objectif qu’il a adopté sa Stratégie territoriale à l’Innovation. Nous apprécions fortement la position du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, et de son président Philippe Germain qui a déclaré : « La mise en place d’une stratégie pour l’innovation revêt pour le pays une importance toute particulière, car elle s’inscrit dans un ensemble de réformes visant à transformer en profondeur notre modèle économique. Dans un contexte économique international difficile, aggravé par la crise du nickel, nous devons trouver de nouveaux relais de croissance afin de créer de la richesse et des emplois durables et tendre vers une véritable souveraineté économique ».

Nous tenons à féliciter la Nouvelle-Calédonie et surtout le Président Germain pour les quatre objectifs stratégiques. Si l’innovation se définit comme « l’application de solutions améliorées qui répondent à de nouvelles exigences, à des besoins non formulés ou à des besoins existants sur le marché », la Nouvelle-Calédonie a décidé d’adapter cette définition à son contexte spécifique, à travers trois ambitions fondamentales : accroître la compétitivité des entreprises et du pays, favoriser notre insertion régionale et contribuer au développement durable. Quatre grands objectifs ont ainsi été définis : créer un environnement favorable à l’innovation, la soutenir financièrement, diffuser la culture de l’innovation et mettre le facteur humain au cœur de l’innovation. Ils sont déclinés en treize objectifs opérationnels, eux-mêmes intégrés à un plan d’actions dont la mise en œuvre peut relever des différentes institutions (provinces et/ou gouvernement) ou de la société civile. Des indicateurs de résultats et d’impact ont été identifiés pour chaque action.

Nous tenons à adresser nos félicitations à tous : Monsieur Philippe Germain, Président et le Gouvernement qui dynamise l’innovation systémique, Monsieur Jean-Michel Le Saux, Directeur de l’Innovation et le Comité consultatif qui mettent en place l’innovation systémique, toutes les parties prenantes de la vie économique et sociale de la Nouvelle-Calédonie et particulièrement aux gagnants des prix EIC (Entreprise, Innovation, Créativité) de l’Association des Pays et Territoires d’Outre-mer et de la Commission Européenne.

New Caledonia public administration development strategy news EU Innovation Award OCT events
Diaspora advisors for development

Diaspora advisors for development

Establishing dialogue between Azoreans resident in the most diverse regions and countries worldwide, inviting them to share their knowledge – and wishing to learn from our own – is an inspired way to build ties and deepen relationships.

The Prestige Azores Network Project aims to connect with the Azorean diaspora to establish a team of advisers who respond to questions that can be either general or specific in nature.

Advisers are Azoreans or the descendants of Azoreans or individuals who have been directly involved with the Azores, resident outside the Region and with track records in scientific and/or technological fields.

Find more

sustainable development development strategy news EU Innovation Jezic von Gesseneck
Conférence de l’innovation à Saint-Pierre-et-Miquelon

Conférence de l’innovation à Saint-Pierre-et-Miquelon

Juin 2017 devrait marquer un temps fort du projet avec une nouvelle conférence sur l’innovation dans le cadre du projet FIER-SPM de Saint-Pierre-et-Miquelon. Le thème validé pour cette conférence pour Saint-Pierre-et-Miquelon est le secteur des spiritueux. Ce thème s’inscrit dans les efforts du territoire d’implanter une distillerie haut de gamme comme vecteur d’exportation de produits à haute valeur ajoutée et de renforcer l’attractivité touristique et territoriale.

Archipel Développement accompagne deux entrepreneurs avec une ambition : valoriser l’exceptionnelle période de la Prohibition autour d’un produit phare pour Saint-Pierre-et-Miquelon. Il s’agit d’un œnologue et d’un Saint-Pierrais, tous deux installés en Bourgogne et conseillés par l’agence de développement.

Plaque tournante d’alcools entre 1922 et 1933, Saint-Pierre bénéficie d’atouts pour le développement de spiritueux. Une dizaine de projets et idées se sont d’ailleurs succédés sans les expertises qui auraient permis un succès. La principale force de ce nouveau projet de distillerie de whisky réside dans la mise en réseau de talents, acteurs européens du secteur, et d’investisseurs locaux, fins connaisseurs du terrain. Ce projet privé revêt également un intérêt touristique évident pour la collectivité, à l’instar des brasseries et distilleries qui deviennent des attractions majeures en Amérique du Nord comme en Europe.

Uncategorized event development strategy news Saint Pierre and Miquelon Olivier Gaston Conferences OCT events
Schéma de présentation de FIER SPM

Schéma de présentation de FIER SPM

Le projet pilote FIER SPM vise à renouveler l’économie de l’archipel en innovant dans le processus de création d’entreprises : pas simplement en accompagnant des porteurs de projets mais en faisant un travail sur l’émergence de projets à partir des besoins du territoire, puis une construction collaborative de réponses entrepreneuriales.

Le projet pilote va s’appuyer sur le plan d’action innovation de Saint-Pierre-et-Miquelon structuré autour du projet FIER-SPM sur l’entrepreneuriat et la jeunesse, né en 2015, lors des séminaires innovations organisant la concertation sur l’axe 5 « Stratégie d’innovation et expérimentation territoriale » du Schéma de Développement.

C’est cet axe qui est en parfait accord avec notre projet OCTA Innovation.

development strategy sustainable growth SME support news Saint Pierre and Miquelon Olivier Gaston
Trois piliers pour la Stratégie d’Innovation de Saint-Barthélemy

Trois piliers pour la Stratégie d’Innovation de Saint-Barthélemy

Adoptée à la fin de l’année 2015, la stratégie de l’innovation de la Collectivité de Saint-Barthélemy s’articule autour des trois piliers que sont le tourisme de luxe, l’environnement et le numérique.

Tout d’abord, il convient de rappeler que c’est d’abord le tourisme haut de gamme qui fait la spécificité de Saint-Barthélemy et qui est le principal moteur de l’économie locale. La qualité des services aux touristes et la qualité de l’ile notamment dans le domaine environnemental sont des critères de choix pour les touristes. Le sentiment de sécurité constitue également un atout en faveur de Saint-Barthélemy vis-à-vis des autres destinations touristiques caribéennes. Le double défi pour Saint-Barthélemy consiste à maintenir sa position en renforçant la qualité de service, tout en assurant la diversification de son économie.

Ainsi, la diversification économique pourrait notamment émerger des enjeux auxquels Saint-Barthélemy a à faire face, à savoir : la forte dépendance aux énergies fossiles et plus largement la gestion des ressources ; ainsi que la demande constante de connectivité de qualité équivalente à celle rencontrée dans les grandes agglomérations.

Les secteurs de l’environnement et notamment des énergies renouvelables et celui du numérique sont véritablement de nature à répondre à ce double enjeu de diversification de l’économie et d’amélioration de la qualité de service rendu aux résidents et aux visiteurs.

Au regard des enjeux de développement auxquels l’ile de Saint-Barthélemy a à faire face en matière de ressources naturelles, de déplacements, et d’infrastructures réseaux, la réponse de la Collectivité s’inscrit dans la logique Smart Island.

Cette logique vise à réfléchir et mettre en place des solutions destinées à améliorer l’efficacité énergétique, économique et environnementale dans la gestion des ressources naturelles, à la fois au niveau de la production, de la gestion et des systèmes de distribution en s’appuyant notamment sur une infrastructure de télécommunication de nouvelle génération, neutre et ouverte. Il est aujourd’hui indéniable que la qualité des télécommunications constitue un paramètre essentiel pour la compétitivité des entreprises et donc pour améliorer la qualité des services proposés aux résidents et aux touristes.

Au niveau de Saint-Barthélemy, l’objectif est donc d’accomplir une transformation de l’ile vers un modèle innovant de Smart Island dont les objectifs stratégiques s’articulent autour de deux thématiques qui ont vocation à s’interpénétrer et se soutenir l’une l’autre.

Pascal Peuchot

renewable energy tourism sustainable development development strategy Caribbean news St Barts Pascal Peuchot OCT events
Green business

Green business

 

Extensive study about green business opportunities and good practices in Caribbean Overseas Countries and Territories have been done by OCTA Innovation and Alan Cooper, short-term expert from Trinidad-and-Tobago. Innovation in the Field of Green Business for Micro and Small Enterprises in the Caribbean Overseas Countries and Territories (OCTs) is an overview of best available practices (BAPs) within the OCTs for introducing eco-innovation to the micro and small enterprises (MSEs). The report is intended to present a menu of BAPs from which OCT governments, innovation managers and other interested agencies may select the options best suited to their circumstances.

The chief output of the project is a 5 year brief action plan for transforming the OCTs from the MSE level. Within the OCTs, MSEs comprise the majority of the private sector and eco-innovation is a valuable approach for reducing their long-term costs, boosting productivity and/or improving earnings of the MSEs. Eco innovation holds promise for insulating the OCTs against the impacts of climate change and economic downturn. Eco-innovation specifically for the MSE sectors of the OCTs is essential because, although micro and small enterprises make up the majority of business activity1 in the OCTs, MSEs can be easily omitted from eco-innovation unless specific measures are taken to include them. The potential exclusion of MSEs is explained by the fact that the global leaders in eco-innovation are typically geographically distant from the OCTs and the fact that it is often costly to appropriate the most up-to-date eco-innovation because it is expensive in smaller economies.

Despite the potential, interest and an acute need for eco-innovation within the OCTs, there is an equally pressing need for solutions that are cost-effective and accessible. This study attempts to close this gap to some extent by presenting cost effective and accessible solutions that have already been applied within the OCTs and several nearby territories. Eco-innovation in the OCTs is important to developing a green economy, which is defined as one that strives for production that is carbon neutral, results in environmental improvement and creates decent, sustainable employment. It rests upon the triple pillars of people, profit and planet. In practical terms the green economy has implications for:

  • The built environment: Buildings that are resistant to hurricanes and storms, buildings requiring less energy for light and temperature regulation; construction practices that minimise the utilisation of water, electricity, space and harm to flora and fauna; multiple use buildings; improved energy efficiency.
  • Production (manufacturing): Production of goods and services in an energy efficient way or using renewable energy and minimising waste.
  • Transport: Sustainable transport and reduced use of fossil fuels and contaminants.
  • Food production and land management: Agriculture (crops, livestock and fisheries) characterised by sustainable production and harvesting, safe healthy food, cost minimisation and improving value added on finished products.
  • Ecosystem management: The protection of the environmental assets such as forests that maintain the water table and reefs that preserve natural fish stocks that preserve life in the OCTs.

The main recommendations of the report are that:

  • OCT governments create supportive infrastructure for entrepreneurship and small business development while simultaneously introducing sustainability training through enterprise hatcheries, incubators and accelerators. These may be established inter-island.
  • OCT governments stimulate demand for green goods and services by progressively introducing green public procurement.
  • Government continue investing in green mega projects and public works and utilise tourism foreign direct investment projects to generate significant spill-over effects to support eco-innovation in smaller enterprises.
  • Contracts and covenants with foreign direct investors should be used to support eco-innovation for smaller enterprises which otherwise would be unable to afford the particular level of eco-innovation. Particular emphasis must be placed upon tourism as a method of supporting smaller enterprises in eco-innovation. The tourism product be used strategically, because of its inter-sectorial, crosscutting nature to introduce and develop eco-innovation to MSEs, emphasising sustainable buildings, energy and transport, agriculture and environmental management.
  • All initiatives be coordinated among the OCTs at a high level through the OCTA, which should operate as Project Manager for the initiative, using a participatory action learning approach that facilitates the information sharing, sharing technical assistance and for capitalising a regional eco-innovation enterprise fund.

Study could be downloaded at collaborative part of the OCTA Innovation ePlatform. (link)

green economy development strategy sustainable growth Caribbean news
[Video interview] Visite de M. Philippe Germain en Nouvelle-Zélande

[Video interview] Visite de M. Philippe Germain en Nouvelle-Zélande

 

M. Philippe Germain, Président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie était en Nouvelle-Zélande du 6 au 10 juin 2016. M. Germain menait une délégation d’entrepreneurs et représentants d’institutions économiques du Caillou pour une mission axée sur le développement des relations économiques et politiques avec la Nouvelle-Zélande.

Cette visite faisait suite au déplacement du Premier Ministre, M. Manuel Valls en Nouvelle-Zélande les 1er et 2 mai derniers. M. Valls avait alors invité MM. Germain et Fritch, respectivement président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie et président de Polynésie Française, à participer à cette visite officielle, dans le but de soutenir l’insertion croissante des collectivités françaises du Pacifique dans leur environnement régional.

En 2016, M. Germain a inscrit les actions de diplomatie économique au cœur de la politique régionale de la Nouvelle-Calédonie, ce dans le but de diversifier son économie et de privilégier de nouveau relais de croissance (hors nickel), notamment par le développement des échanges commerciaux et des partenariats.

Lors du premier déplacement des 1er et 2 mai, des rencontres entre entrepreneurs français et néo-zélandaisavaient été organisées. Le Président Germain et M. Simon Bridges, Ministre des transports néo-zélandais avaient par ailleurs signé en présence de Manuel Valls, un arrangement administratif négocié en novembre dernier qui prévoit d’augmenter à quatre allers retours hebdomadaires les vols entre Nouméa et Auckland et cinq allers retours à l’horizon 2018. 
A l’issue de la visite, le Président Germain avait annoncé un second déplacement en Nouvelle-Zélande, en marge de l’événement Pacific Energy Conference à Auckland, le 7 juin).

Cette seconde visite comportait deux séquences :
- Business to Business à Auckland, les 8 et 9 juin. Le Président Germain a présenté les grandes lignes de la diplomatie économique néo-calédonienne, qui constitue un des piliers de son intégration régionale. L’intervention du Président Germain était suivie par des présentations d’entrepreneurs calédoniens souhaitant développer les échanges avec la Nouvelle-Zélande. Se sont aussi exprimés les représentants du cluster Avenir Export (AVEX), et des chambres consulaires de Nouvelle-Calédonie (Fédération des industries de Nouvelle-Calédonie (FINC), Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), Chambre de commerce et d’Industrie (CCI), MEDEF) ;
- politico-économique sur Wellington, les 9 et 10, avec une série de rendez-vous avec les représentants des ministères, des affaires étrangères (MFAT), des Industries Primaires (MPI), et du développement économique (MBIE).

 

 

Original post

New Caledonia Pacific trade development strategy news
Cayman’s Economy Sustained Growth in 2015

Cayman’s Economy Sustained Growth in 2015

[Cayman Statistics] The country’s estimated Gross Domestic Product (GDP) at constant prices rose by 2.0 percent in 2015. This was the highlight of The Cayman Islands’ Annual Economic Report 2015 released by the Economics and Statistics Office.

“Despite challenges from the global economy, I am pleased that the combined performance of all our productive sectors achieved a growth rate that is higher than expected,” stated the Minister for Finance and Economic Development, Hon. Marco Archer. As of the third quarter of 2015, indicators up to that period suggested that annual growth of gross domestic product (GDP) will be 1.7 percent.

The 2015 GDP growth, however, is lower than the 2.4% achieved in 2014. This performance coincided with the downtrend in global growth from 3.4% in 2014 to 3.1% in 2015, albeit US growth was stable at 2.4%. (The slowdown in global growth was due to the performances of China and other developing and emerging market countries).

The country’s GDP per capita in constant prices fell to $44,109 as the mid-year population growth outweighed the GDP growth.

Economic growth in 2015 was broad-based as all sectors expanded except the hotels and restaurants sector which declined slightly by 0.7% in 2015 as compared to a growth of 4.9% in 2014, mainly due to a slowdown in the growth of stay-over arrivals.

Meanwhile, the central government recorded in 2015 its third consecutive year of overall fiscal surplus which amounted to $116.1 million, higher compared to $93.2 million a year ago. This was achieved by a combination of higher revenue collection and lower overall spending.

 

Original article

financial service development strategy sustainable growth news Cayman Islands Jamaal Anderson