OCTA Innovation Issue 27 / 2017 – Bonaire

OCTA Innovation Issue 27 / 2017 – Bonaire

Governor Edison Enrique Rijna is coming to present Bonaire to Brussels’ audience at OCTA Innovation Bonaire BRUZZ.

Bonaire is one of the Overseas Countries and Territories of the European Union. As one of the special municipalities within the Kingdom of the Netherlands, together with Aruba and Curaçao, Bonaire forms the group known as the ABC islands in the Caribbean region.

Bonaire is world-wide, one of the three best scuba diving destinations. Bonaire’s economy, mainly based on tourism, is taking advantage of warm and dry climate, beautiful pristine coral reefs and flamingo sanctuaries. Currently Bonaire is taking innovation as a way forward and is ready for new investments and further growth.

Read the newsletter.

news Innovation Missions Bonaire newsletter-en Pilot project
Algae Parc Bonaire

Algae Parc Bonaire

Professor Maria Barbosa, from the Wageningen University & Research gave a presentation during the kick-off meeting of Bonaire’s pilot project, Algae Parc in October 2017.

Bonaire is the ideal location for the production of algal products. Indeed thanks to the constant climatological conditions and because there is more sunlight, productivity is higher and the product quality is stable. Optimal, relatively high temperature is essential to achieve high productivity. Keeping temperature constant is task that needs to be selected and optimised to have the best algae growth with minimal energy consumption.

news Bonaire Dianne Boelmans Pilot project
Research and Innovation transfer

Research and Innovation transfer

Professor Rene Wijffels from the Wageningen University & Research presented OCTA Innovation pilot project of transfer of the research and innovation in microalgae field to Bonaire AlgaeParc.

Based on the use of local resources, and thanks to the use of sunlight and seawater, AlgaeParc would cultivate micro algae for the different possible uses including:

  • Micro algae for aquaculture for local use on the island and for exportation as a feed ingredient
  • Micro algae for production of biokerosene
  • Micro algae as an ingredient in animal feed for local use in Bonaire
  • Micro algae as an ingredient in products to be used in SPAs in the tourist sector
  • Micro algae used by chefs in Bonaire cuisine.
news Bonaire Dianne Boelmans Pilot project
Launch of the start-up launchpad

Launch of the start-up launchpad

Minister Martina opened registration for ‘Start up Launchpad’ at the Ministry of Economic Development on September 21, 2017.

Since then, entrepreneurs can apply for the ‘Start up Launchpad’. Through this program, start ups will receive support and will be able to invest in their companies through ‘knowledge’, ‘technology’ and ‘support’ vouchers. The program consists of 4 rounds of intensive coaching and support. Each round will be concluded with a ‘pitch competition’, determining who will continue to the next round. Through the course of the program, the final winner of the last round will have accumulated up to over ANG. 50.000 in support, technology and knowledge vouchers.

Participants need to have products or services in the start up stage that contribute to the development of Curacao into a ‘Smart’ island.

The deadline for application is October 19, 2017 after which CITI and members of the jury will select the participants. The participants will be announced on November 1, 2017 at the Kick-off event of Round 1. This first round will have a duration of one month.

More information on conditions, information and the application form.CITI Launchpad (23)

Curaçao news Fiona Curie e.startups-en Pilot project
Innovative Business Lab

Innovative Business Lab

Meeting with Brodrick Penn, Permanent Secretary of the Premiers Office, was a great meeting mainly around two aspects. The discussion of the Award of the Pilot Project of Innovative Business Lab was the key theme and how to secure the highest impact of this innovation pilot project. Furthermore discussion was held around the instruments to be implemented to assure innovation to be impregnated into entrepreneurship of BVI.

Kick-off of the pilot project was held. The project has already received advanced payment and has engaged person in charge of Innovative Business Lab. Extensive discussions have taken place on how to move forward.

One initiative which should be of great interest also to other OCTs is the OCTA Innovation mentoring. Webinar meetings or Skype conference calls would happen at least once a month, enabling interested entrepreneurs to have contact with the OCTA Innovation Team Leader or another OCTA innovation expert (to be agreed on in advance).

British Virgin Islands news Innovation Missions Lizette O. George Pilot project
Lancement officiel de la plateforme FIER SPM

Lancement officiel de la plateforme FIER SPM

Lancement de la plateforme numérique FIER SPM et du réseau des ambassadeurs

M. Olivier Gaston, Directeur général délégué d’Archipel Développement, a rappelé que la tenue de la Conférence s’inscrivait dans le cadre du projet FIER SPM, dont la plateforme internet a été officiellement lancée lors de cette journée. Il a par ailleurs invité les personnes intéressées à rejoindre le réseau des ambassadeurs de Saint-Pierre et Miquelon.

Les actes de la Conférences seront communiqués prochainement sur le site FIER SPM. Les échanges sur les thématiques abordées lors des tables-rondes pourront s’y poursuivre au travers du blog (pour suivre ces travaux, s’inscrire sur le site, lien « inscription » tout en haut à droite de la page d’accueil).

La Conférence Innovation se veut être une manifestation annuelle. La prochaine édition se tiendra en mars 2018 : il est proposé de plancher sur le numérique au travers du thème : « les Iles intelligentes ».

event news Saint Pierre and Miquelon Olivier Gaston Conferences OCT events Pilot project
Statia Blue: Innovation towards Sustainable Fisheries

Statia Blue: Innovation towards Sustainable Fisheries

The project is on the world wide level an highly innovative project for developing sustainable fisheries, particularly in Sint Eustatius and Caribbean islands. Due to the small population of Sint Eustatius and the abundance of fish and other marine life in the reef in the marine park, fishermen in Sint Eustatius have to date avoided overfishing in the area. The pilot project, called Statia Blue, will create sustainable practices for fisheries in Sint Eustatius. The proposed solution is a mobile application that puts buyers of fish in touch with suppliers of fish on a “real-time” basis. A key component of Statia Blue is to ensure that fishermen increase compliance with the principles of sustainable fisheries and thereby play an active role as stewards of the protected reefs, parks and species which are the fragile natural endowments of the island and its people.

The proposed solution involves the engagement of fisher-folk in education on pricing and the market mechanism and support of that education using mobile application technology for creating a real-time market place for fish and seafood. The application will be used for ongoing education, supporting market clearing prices and monitoring and evaluation of catches to encourage sustainable practices such as fishing a safe distance from protected zones and management of the invasive species.

Working with a small group of fishermen, the project proposes to provide them a mobile app (“Statia Blue”) and waterproof mobile phones. As fish are caught, the fish is identified and described (size and weight) and reported back to a central database. At the central database the price of that fish and the total catch is estimated based upon the fish caught by all fishermen on that day. Prices are reported back to the fishermen so that they can make informed decisions about the harvesting of those fish. Fishermen can continue or stop fishing depending upon their satisfaction with the price estimated on the market. A pricing mechanism will be used to signal to fishermen which fish are in demand. The app will also have an educational element, administered by Sint Eustatius National Park (STENAPA) who will also raise the credit lines on fishermen’s access to the STENAPA credit card as an incentive for participating in the pilot project. Statia Blue will also have a consumer interface, reporting on which fish are advisable for eating during the season based upon data on the stock of fish in the Statia’s waters. The pricing element will also be present to reduce adverse selection.

The project is expected to benefit fishermen in primarily Sint Eustatius as well as Saba and St. Maarten and the closest off shore markets for fish- St. Kitts and hoteliers in Sint Maarten, as well as to other Caribbean islands. The successful deployment of this project in Sint Eustatius has benefits for the fishing grounds around the neighbouring islands. In addition, the innovation can be a best practice for all OCTs trying to develop their fisheries.

Sint Eustatius sustainable development tech innovation trade good practice Caribbean news Roy Hooker Pilot project
Conférence Innovation du projet FIER SPM

Conférence Innovation du projet FIER SPM

Conférence Innovation le 26 juin 2017 – Brasserie et secteur des spiritueux, quelles opportunités dans l’Archipel ?

En partenariat avec la Collectivité et l’Union européenne, Archipel Développement a organisé le 26 juin une première conférence, dans le cadre du projet FIER SPM.

Pour cette édition, l’accent a été mis sur le secteur des brasseries et spiritueux, avec notamment une première présentation publique du projet de distillerie haut de gamme à Saint-Pierre.

Les discussions de la journée ont permis d’alimenter les réflexions sur la création et la structuration d’une nouvelle filière en lien avec les projets de distillerie et de brasserie dans l’archipel, qui peut bénéficier notamment au tourisme, à la filière agriculture/élevage, ainsi qu’à l’agroalimentaire et à la restauration. Un programme de tables-rondes a été concocté pour réfléchir aux nombreux atouts de ce secteur pour contribuer à la diversification économique:

  • Le matin : «Tourisme et Prohibition» ou «Agriculture et Malt» ;
  • L’après-midi : «Formations et oenotourisme» ou «Agroalimentaire et restauration».

Pour consulter le programme, cliquer ici.

tourism event agriculture news Saint Pierre and Miquelon Olivier Gaston Conferences OCT events Pilot project
Projet pilote de la Polynésie française signé

Projet pilote de la Polynésie française signé

La Commission européenne a signé  le 8 février le contrat du projet pilote de la Polynésie française. Ce projet cible la bioconversion de tourteaux de coprah en aliments pour l’élevage et l’aquaculture des crevettes et poissons.

L’objectif est de tester en vraie grandeur un nouveau procédé de traitement des tourteaux, utilisant des larves de la mouche de l’espèce Hermetia illucens, communément appelée mouche soldat noire. Sont prévus l’installation d’une unité de production de mouches, l’optimisation des aliments pour l’aquaculture, et le business plan d’une unité industrielle. l’équipe d’innovation participe activement à l’avenir durable des îles de Polynésie française.

Actuellement, la production de coprah ne cesse d’augmenter (fabrication d’huiles, de savons et de cosmétiques) alors que les sous-produits comme les tourteaux sont très peu valorisés. Le Pôle d’innovation Tahiti Fa’ahotu a réuni un ensemble de partenaires pour le ce projet qui vise la bioconversion de tourteaux de coprah.

Cette innovation va valoriser les ressources du territoire et fournissent une activité rémunératrice aux familles et aux petits entrepreneurs et contribuer activement à l’avenir durable des îles de Polynésie française.

 

agriculture French Polynesia news European Commission Pilot project
Des recettes tout bénef !

Des recettes tout bénef !

Des recettes à base de produits locaux faciles à transformer, bonnes pour la santé, respectueuses de l’environnement et peu coûteuses : tel est le concept des « Recettes bénéfiques », dispositif destiné à terme à changer les habitudes alimentaires des Calédoniens. Un projet soutenu par le gouvernement et ayant bénéficié d’aides européennes.

Tout a commencé en novembre 2014 avec la mise en place de « Cantines responsables ». « Autour d’une dizaine de chefs, nous avons convié élèves, producteurs, transformateurs, nutritionnistes… pour voir comment introduire des produits locaux dans les menus afin d’améliorer la qualité des repas et de favoriser le bien-être alimentaire des enfants », explique Gabriel Levionnois, président de NeoFood, une association dont l’objectif à terme est de tendre vers une culture alimentaire durable. Dans l’immédiat, cette démarche de co-création pour la restauration collective entend donner la priorité au goût et au plaisir de manger. « Les Cantines responsables ont permis de réaliser l’importance de travailler avec l’ensemble des acteurs du système, pour faciliter la transformation des produits directement utilisables dans les cantines », précise Jean-Baptiste Bieuville, manager de NeoFood. « On s’est rendu compte que souvent les enfants boudaient les produits locaux auxquels ils n’étaient pas habitués », poursuit Gabriel. Raison pour laquelle les jeunes ont été intégrés dans des projets pédagogiques au sein des établissements. « Ils sont venus cuisiner avec nous, on a fait les menus ensemble, et aujourd’hui beaucoup d’entre eux nous disent qu’ils veulent devenir chefs ! »

Instaurer des processus facilitants

Pas moins de 60 000 repas sont servis chaque jour dans les cantines. Si celles-ci consommaient 5 % en plus par an de salades, tomates, courgettes ou concombres locaux, bruts et transformés, le chiffre d’affaires de la production agricole calédonienne augmenterait de 120 millions de francs (+ 1 %). Alors, quels processus facilitants instaurer pour que l’offre réponde à la demande et permette cette croissance ? Sans perdre de vue qu’avec un budget d’à peine 200 F pour une entrée, un plat et un dessert, les chefs ne sauraient accomplir des miracles quotidiens.

Primé au niveau européen dans le cadre des « Stratégies territoriales pour l’innovation » , le projet « Recettes bénéfiques » répond en partie à la question et vise à « amorcer la pompe ». Son credo, améliorer les habitudes alimentaires via des recettes qui influencent directement la culture culinaire et valorisent les ressources locales (85 % de ce que nous mangeons en Nouvelle-Calédonie est importé !).

Un système gagnant-gagnant

Pour cela, NeoFood et le cluster Cap Agro œuvrent en étroit partenariat avec les acteurs macroéconomiques, « afin de choisir les produits les mieux adaptés, de trouver des économies d’échelle avec l’industrie de la transformation, d’absorber les surplus et de livrer les cantines à des prix intéressants, pour qu’à l’arrivée tous les acteurs de la chaîne, du producteur au consommateur, soient gagnants », comme l’indiquent Maëva Gastinel et Charles Vuillod, présidente et manager de Cap Agro NC.

Aujourd’hui, NeoFood développe des ateliers pédagogiques au sein de trois cantines pilotes : dans les internats de La Foa, de Wani à Houaïlou et de Laura Boula à Lifou. Avec Gabriel, les collégiens concoctent des recettes bénéfiques qu’ils exécutent le lendemain. La formation associe les cadres des cantines, les parents d’élèves, producteurs, transformateurs, nutritionnistes et spécialistes de l’hygiène et de la sécurité.

Une plate-forme d’échanges numérique

Animés par une même passion, les promoteurs du dispositif sont désormais entrés dans une phase de structuration : juridique, financière et opérationnelle. Leurs priorités, inventorier ensemble les produits locaux, les classer selon leur durabilité… tisser du lien, mettre en réseau les agriculteurs… Parallèlement, ils se sont fixé trois mois pour mettre en ligne une plate-forme d’échanges numérique. Partage d’informations, simples et pertinentes, sur les recettes – « comment par exemple cuisiner le pourpier ou le choux kanak » – , mise en commun des savoir-faire avec l’ensemble des chefs et acteurs de la filière, etc.

Avec toujours une idée en tête : que la cantine (les trois pilotes et les suivantes) serve de point d’entrée à une évolution des comportements alimentaires et à l’élaboration d’une véritable gastronomie durable, en Calédonie, mais aussi dans la région. D’ailleurs, NeoFood et Cap Agro espèrent bien bénéficier très prochainement d’une subvention du Fonds Pacifique destinée à exporter le concept des recettes bénéfiques en Océanie, former les chefs et les élèves dans les cantines du Vanuatu et de Fidji, et accompagner les porteurs de projets locaux.

Plus d’info sur CapAgro

Plus d’info sur NeoFood

Article original

New Caledonia Pacific sustainable development agriculture news OCTA food processing Pilot project