Coopération régionale dans le Pacifique

Coopération régionale dans le Pacifique

L’Office des Postes et Télécommunications de Nouvelle-Calédonie (OPT) et le Service des Postes et Télécommunications du territoire des îles Wallis-et-Futuna (SPT WF) ont signé une convention de partenariat, mercredi 26 juillet au gouvernement. Elle permettra au SPT WF de bénéficier de l’accompagnement et de l’expertise de l’OPT pour le développement du très haut débit.

Le câble sous-marin international TUI SAMOA entrera en service au premier trimestre 2018. Il ouvrira alors la porte du très haut débit à Wallis-et-Futuna. « Un moment important » sur lequel mise le territoire, et notamment son préfet administrateur supérieur Jean-Francis Treffel. « Il accentuera l’attractivité de Wallis-et-Futuna et fera émerger des perspectives nouvelles en termes d’économie, d’emploi, de télémédecine, d’éducation, etc. », a-t-il indiqué. « Nous devons relever ce défi numérique qui améliorera nos communications, notamment entre les deux îles que sont Wallis et Futuna », a ajouté David Vergé, président de l’Assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna.

Renforcer une coopération nouée de longue date

Soucieux de négocier ce virage technologique dans les meilleures conditions, le territoire voisin a sollicité l’aide de la Nouvelle-Calédonie en raison de l’accord particulier de coopération signé entre les deux territoires et l’État le 1erdécembre 2003. Mais aussi de son expérience dans le domaine de la transition numérique avec la mise en service du câble Gondwana1 en 2008. Une convention de partenariat a ainsi été conclue pour permettre à l’OPT d’apporter son concours au SPT WF.

Le document a été signé mercredi 26 juillet, au gouvernement, par le préfet administrateur supérieur du territoire des îles Wallis-et-Futuna et le vice-président du conseil d’administration de l’OPT, en présence du président du gouvernement, du président de l’assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna et du directeur général de l’OPT.

Tisser des liens avec les pays et territoires de la zone

« Cette initiative ambitieuse s’inscrit dans l’accord particulier qui lie la Calédonie et Wallis-et-Futuna, et que nous devons renforcer, a indiqué Philippe Germain. Elle est aussi une étape dans la stratégie de développement régional de l’OPT. Le gouvernement appuie cette démarche qui est cohérente avec la politique qu’il mène depuis deux ans pour renforcer ses relations de coopération avec les pays voisins. »

Cette convention contribue à positionner la Nouvelle-Calédonie comme une référence du numérique insulaire. « C’est un aussi signe de reconnaissance du savoir-faire et des compétences des personnels de l’OPT », a souligné le directeur général de l’Office Philippe Gervolino.

Stratégie de déploiement, plans de commercialisation, soutien logistique et formation du personnel sont les grands axes de cette convention qui doit aussi « permettre à la population locale d’accéder à de nouveaux emplois. C’est un enjeu pour la jeunesse ! », a conclu le vice-président du conseil d’administration de l’OPT Jean-Louis d’Anglebermes.

Article original

Nouvelle Calédonie actualités Wallis et Futuna nouvelles technologies news @fr
Pilot project for Aruba signed

Pilot project for Aruba signed

 

The European Commission has signed a pilot project for Aruba. By teaching electronic technologies to the next generation, OCTA Innovation’s EU-funded pilot project will assist in building the foundations of a knowledge-based economy in Aruba.

E-based equipment such as 3D printers, lasers and shape scanner will be bought for use in after-school clubs or other venues so that elementary and secondary school students can learn how to operate the equipment and be inspired. The project will be mounted by a project manager and two technical trainers.

The results of the project will be a disseminated through different communication channels such as newsletters, press releases, website and presentations. The aim is that others will draw inspiration from the project and eventually ‘copy’ it in other OCT, or further afield.

Aruba Caraïbes actualités Commission européenne nouvelles technologies Bianca Peters
OCTA Innovation Issue 3 / 2017 – Curaçao

OCTA Innovation Issue 3 / 2017 – Curaçao

Curaçao is an island strategically situated in the Caribbean Sea just off the coast of the South American mainland. A polyglot society, it boasts more than 60 different nationalities, living and working harmoniously on a 171 square-mile territory. As part of the erstwhile political entity the Netherlands Antilles, the island became an Overseas Country of the European Economic Community in 1964. Historically a trade enclave, today the island’s economic mainstay is centered around tourism, oil refining, financial services and ship repair.

As acting Representative of the Government of Curaçao to the European Union for the past two years and a member of OCTA’s Executive Committee, Ann Philipps, has been advocating a vision of an internationally focused future for her island. This makes the most of Curaçao’s natural assets; a multi-ethnic and multi cultural population speaking several languages and a good strategic position for trade. At the same time, it recognizes the need to forge strong international partnerships and improve the quality of its human capital through an internationally-oriented educational system. This vision for the future was reflected in the theme of Curaçao’s OCTA chairmanship, ‘building strategic partnerships for sustainable development’.

 

Read newsletter.

Curaçao actualités industrie créative nouvelles technologies bonne pratique Jezic von Gesseneck Fiona Curie e.startups-en newsletter-en
Technological innovation is St Helena

Technological innovation is St Helena

 

There are some instances where private sector businesses have introduced new technologies to improve their businesses, example of which include the introduction of small scale poly tunnels, and hydroponic farming. Artificial Insemination (AI) has been successfully introduced on island for livestock (cattle and pigs) for some years now and has replaced historic practices of importing livestock, eliminating some of the issues associated with this method.

Connect Saint Helena is currently working to introduce solar-generated electricity alongside of its small-scale wind generated electricity. The share of renewable energy generated has increased from 2% to 22% in the last 6 years and is targeted to further increase to 30% when the solar farm currently under construction is commissioned.  The islands’ Sustainable Development Plan has a 100% renewable target and Connect Saint Helena is working with an off island consultant and with SHG to develop a strategy to achieve this objective.

It should be noted that technology in St Helena is hampered by its isolation and reliance on satellite technology and the island therefore does not have many of the facilities that the residents of developed countries enjoy. While there have been improvements to both the price and speed of broadband packages in the last two years, access to the Internet is both slower and more expensive that in the UK.

 

Find out more

 

 

 

actualités nouvelles technologies Sainte-Hélène
l’Ocean Living Lab

l’Ocean Living Lab

 

A l’initiative de la création de l’OCEAN LIVING LAB transfrontalier qu’il préside, Manuel de LARA a obtenu le 25 juillet 2016, l’inscription du Pays Basque au label tant convoité de la «French Tech» dans la thématique du #SportTech. La récompense d’un travail de deux ans pour construire une stratégie de smart spécialisation (20M€) autour d’un écosystème transfrontalier réunissant d’Hossegor, en France, à San Sebastian, en Espagne, l’ensemble des industriels de la filière Glisse (200 PME / 2,5Mds€) et du Numérique (300 PME /

3Mds€). L’ambition est de devenir, d’ici 2020, le centre mondial de référence pour la conception et de prototypage numérique des nouveaux produits et services autour de l’Océan et des sports de glisse.

L’objectif de l’association Ocean Living Lab est d’accompagner cet écosystème transfrontalier dans son ambition de devenir le centre de référence mondiale pour la conception numérique en cycle court de nouveaux produits. La diversité des plans d’eau d’Hossegor à Zarautz est un cadre d’exception en Europe offrant aux industriels et startups un environnement technologique, économique et social favorable à la mise au point de leurs produits et services dans une perspective de développement agile.

Le projet de l’association Ocean Living Lab est de doter cet espace géographique d’un environnement numérique performant (capteurs, objets connectés, moyens de communication, plateformes web, etc.), de moyens de prototypages rapides disponibles, de ressources mobilisables en conseils et méthodes industrielles mais aussi de communautés de pratiquants identifiées et segmentées. L’objectif est de susciter des collaborations autour de projets de recherche & développement.

actualités Saint-Pierre et Miquelon Environnement Science économie bleue nouvelles technologies Olivier Gaston
L’Archipel et «TOTEM»

L’Archipel et «TOTEM»

 

L’heure est à l’hybridation des publics des compétences et des ressources. C’est pourquoi, convaincus qu’il faut favoriser l’émergence de jeunes entreprises innovantes pour générer de la valeur économique et des emplois, les acteurs de l’Archipel ont confirmé lors du séminaire innovation du 24 juin 2016, l’opportunité de rassembler les forces vives du territoire (entrepreneurs, intrapreneurs, innovateurs, makers, citoyens, jeunes, artistes, etc.) autour d’un lieu «TOTEM», un lieu vitrine des ressources matérielles (FabLabs,…) et des services mis à disposition des entreprises et aux citoyens (Co-working, pépinière, Maison des artistes…) de l’Archipel pour d’une part, découvrir et maitriser le monde du prototypage et de la fabrication numérique et d’autre part, accélérer la transformation numérique de Saint-Pierre et Miquelon.

actualités Saint-Pierre et Miquelon industrie créative nouvelles technologies Olivier Gaston
L’innovation numérique

L’innovation numérique

 

Aujourd’hui, la part du digital dans l’économie de nombreux pays est non seulement significative, mais à fort potentiel de croissance. A titre d’illustration, avec près de 567 milliards d’euros (26% du PIB), la France se classe même en 4e position des économies les plus digitalisées, après les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie. Mais malgré cette dynamique, la France et ses territoires continuent à prendre du retard essentiellement pour trois raisons : la faiblesse relative des investissements technologiques, une pénurie de talents et ce, malgré la qualité du système éducatif et enfin, une infrastructure de détection et d’accélération des startups insuffisamment structurée. Or, quelque soit la taille des territoires et a fortiori dans les PTOM, c’est bien la bonne combinaison de ces trois leviers qui permet d’accélérer la transition numérique de nos economies.

L’innovation est une composante de la vie et du développement des territoires, avec ses enjeux de performance, de croissance et de qualité de vie. Dans ce domaine, le Conseil Territorial de Saint-Pierre et Miquelon a affiché dans son Schéma de Développement Stratégique (SDS) 2010-2030 son ambition de construire un écosystème favorable en faisant le pari de développer des approches novatrices.  Innovation et numérique.

C’est dans ce contexte de réflexion très globale qu’est intervenu Manuel de LARA, expert en économie numérique et management de l’innovation territoriale. L’objectif, donner aux acteurs de l’Archipel de Saint- Pierre et Miquelon les moyens d’une part, de préciser leurs priorités afin de réussir cette transformation économique  et  numérique  et  d’autre  part,  d’anticiper  sur  les  leviers  de  performance  à  mobiliser  (la fabrication numérique, l’éco-innovation, etc.) pour préparer la mise en service (2017) du câble sous-marin à Très Haut Débit.

actualités Saint-Pierre et Miquelon nouvelles technologies Olivier Gaston