Elaboration d’une carte d’e-formation adaptées aux perspectives de développement de Wallis-et-Futuna

Elaboration d’une carte d’e-formation adaptées aux perspectives de développement de Wallis-et-Futuna

Dans le but de faciliter l’intégration des jeunes sur le marché du travail, le gouvernement de Wallis et Futuna a compris qu’il est essentiel proposer une offre de formation en adéquation avec les besoins futurs de ses territoires. Le territoire des îles Wallis et Futuna, pleinement conscient que les difficultés de communication entre enseignants et étudiants et le manque de supervision peuvent être des freins à l’apprentissage, met en place un système d’apprentissage à trois piliers. Ce système d’apprentissage, qui s’appuie sur la combinaison des trois composantes d’enseignement en face-à-face, à distance/en ligne et par la pratique, s’adapte d’avantage aux caractéristiques et besoins spécifiques des PTOM.

La faiblesse économique locale rend difficile la mise en place des formations pratiques pourtant nécessaires pour disposer d’un apprentissage mixte à trois piliers. Ce frein, oblige le territoire à concevoir un système d’apprentissage proposant des formations à distance sur le territoire et en face à face pour certaines filières spécifiques et à envisager des partenariats et une collaboration avec les territoires voisins pour assurer une formation pratique et un apprentissage en faisant. Avec le raccordement au câble numérique TUI-SAMOA et l’arrivée du Très Haut Débit, le territoire des îles de Wallis et Futuna sera en mesure de multiplier et de diversifier l’offre de formation disponible grâce au e-learning et à l’e-formation.

actualités Wallis et Futuna innovation pédagogique Carole Manry Pilot project
Déclaration des Directeurs de l’Innovation

Déclaration des Directeurs de l’Innovation

Déclaration

La conférence internationale de l’innovation, organisée par OCTA Innovation, s’est déroulée à Ponta Delgada aux Açores du 11 au 14 avril 2017. Elle a rassemblé des représentants de Pays et Territoires d’Outre-mer (PTOM) de l’Union européenne, le gouvernement açorien, la Commission européenne et des experts en innovation, afin d’étudier la manière dont l’innovation favorise le développement durable dans les petites îles ainsi que de mettre en place une certaine coopération et de créer un terrain propice à de futures initiatives.

Les piliers et valeurs à la base d’une société ont été examinés, tout comme les capacités et les besoins de toutes les parties prenantes pour les étayer. La mise en œuvre de divers types et niveaux d’innovation a été envisagée. La vision d’une société prospère et inclusive sur le plan économique doit reposer sur l’innovation et une collaboration totale entre les acteurs publics et privés. L’innovation doit soutenir toutes les parties prenantes dans la société, tant dans le domaine économique que social. De plus, son rôle s’avère essentiel pour lutter contre les problèmes liés à la raréfaction des ressources naturelles, au changement climatique et au développement durable. Les gouvernements doivent garantir de bonnes conditions pour promouvoir l’innovation. Les responsables de l’innovation des Pays et Territoires d’Outre-mer de l’Union européenne, membres actifs d’OCTA Innovation réunis aux Açores, s’engagent à entretenir ces dynamiques.

Les gouvernements doivent prendre les devants en ce qui concerne l’innovation systémique dans tous les secteurs, en encourageant la création de partenariats entre des entités publiques et privées, ainsi qu’en promouvant le partage des connaissances et le renforcement des capacités. L’objectif est de mettre en place plusieurs centres d’excellence régionaux thématiques dans les PTOM, en particulier pour les secteurs où certains PTOM ouvrent déjà la voie, et d’assurer un partage de l’expertise entre les PTOM et avec les différentes régions.

Directeurs de l’Innovation: Anguilla, Bren Romney; Aruba, Bianca Peters; Bonaire, Dianne Boelmans; Curaçao, Fiona Curie; Groenland, Lars Balslev;  Iles Cayman, Jamaal Anderson; Iles Malouines, Michael Betts; Iles Turques et Caiques, Alexa Cooper-Grant; Iles Vierges Britanniques, Lizette George; Montserrat, Angela Estwick; Nouvelle Calédonie, Jean-Michel Le Saux; Polynésie française, Bran Quinquis; Pitcairn, Leslie Jaques; Saba, Menno Van der Velde; St. Barthélemy, Pascal Peuchot; St. Hélène, Niall O’Keeffe; St. Pierre-et-Miquelon, Olivier Gaston; St. Eustatius, Roy Hooker; St. Maarten, Jude Houston;  Wallis et Futuna, Carole Manry.

Chef de projet d’OCTA Innovation, Milan Jezic von Gesseneck: innovation@octa-innovation.eu

Aruba Îles Vierges britanniques Curaçao Iles Malouines Polynésie française Groenland Montserrat Nouvelle Calédonie Sint Eustatius - St. Eustatius - STATIA feature news @fr actualités Anguilla Bonaire Sint Maarten Iles Caïmans Saba Saint-Barthélemy Saint-Pierre et Miquelon Iles Turques et Caïques Wallis et Futuna featured news Sainte-Hélène news @fr Pitcairn Açores
Coopération régionale dans le Pacifique

Coopération régionale dans le Pacifique

L’Office des Postes et Télécommunications de Nouvelle-Calédonie (OPT) et le Service des Postes et Télécommunications du territoire des îles Wallis-et-Futuna (SPT WF) ont signé une convention de partenariat, mercredi 26 juillet au gouvernement. Elle permettra au SPT WF de bénéficier de l’accompagnement et de l’expertise de l’OPT pour le développement du très haut débit.

Le câble sous-marin international TUI SAMOA entrera en service au premier trimestre 2018. Il ouvrira alors la porte du très haut débit à Wallis-et-Futuna. « Un moment important » sur lequel mise le territoire, et notamment son préfet administrateur supérieur Jean-Francis Treffel. « Il accentuera l’attractivité de Wallis-et-Futuna et fera émerger des perspectives nouvelles en termes d’économie, d’emploi, de télémédecine, d’éducation, etc. », a-t-il indiqué. « Nous devons relever ce défi numérique qui améliorera nos communications, notamment entre les deux îles que sont Wallis et Futuna », a ajouté David Vergé, président de l’Assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna.

Renforcer une coopération nouée de longue date

Soucieux de négocier ce virage technologique dans les meilleures conditions, le territoire voisin a sollicité l’aide de la Nouvelle-Calédonie en raison de l’accord particulier de coopération signé entre les deux territoires et l’État le 1erdécembre 2003. Mais aussi de son expérience dans le domaine de la transition numérique avec la mise en service du câble Gondwana1 en 2008. Une convention de partenariat a ainsi été conclue pour permettre à l’OPT d’apporter son concours au SPT WF.

Le document a été signé mercredi 26 juillet, au gouvernement, par le préfet administrateur supérieur du territoire des îles Wallis-et-Futuna et le vice-président du conseil d’administration de l’OPT, en présence du président du gouvernement, du président de l’assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna et du directeur général de l’OPT.

Tisser des liens avec les pays et territoires de la zone

« Cette initiative ambitieuse s’inscrit dans l’accord particulier qui lie la Calédonie et Wallis-et-Futuna, et que nous devons renforcer, a indiqué Philippe Germain. Elle est aussi une étape dans la stratégie de développement régional de l’OPT. Le gouvernement appuie cette démarche qui est cohérente avec la politique qu’il mène depuis deux ans pour renforcer ses relations de coopération avec les pays voisins. »

Cette convention contribue à positionner la Nouvelle-Calédonie comme une référence du numérique insulaire. « C’est un aussi signe de reconnaissance du savoir-faire et des compétences des personnels de l’OPT », a souligné le directeur général de l’Office Philippe Gervolino.

Stratégie de déploiement, plans de commercialisation, soutien logistique et formation du personnel sont les grands axes de cette convention qui doit aussi « permettre à la population locale d’accéder à de nouveaux emplois. C’est un enjeu pour la jeunesse ! », a conclu le vice-président du conseil d’administration de l’OPT Jean-Louis d’Anglebermes.

Article original

Nouvelle Calédonie actualités Wallis et Futuna nouvelles technologies news @fr
Mission de l’Union européenne à Wallis-et-Futuna

Mission de l’Union européenne à Wallis-et-Futuna

Christoph Wagner, Chef de la coopération auprès de la délégation de l’Union européenne pour le Pacifique à Fidji (première visite sur le Territoire) et Efstratios Pegidis, chef du bureau de la Commission européenne à Nouméa se sont rendus sur le Territoire des îles Wallis-et-Futuna du vendredi 14 octobre au lundi 17 octobre 2016.

Cette visite a été l’occasion privilégiée pour les deux missionnaires européens de rencontrer les autorités locales et de dresser un bilan d’avancement sur les projets du 10ème FED territorial, notamment les aménagements du quai de Leava (Futuna), lors d’une réunion de travail le 15 octobre, en présence des services gestionnaires des projets.

Le 17 octobre, les deux représentants de l’Union européenne ont passé en revue, en présence du comité de suivi de la coopération UE-WF, l’ensemble des projets clôturés (9ème FED), en cours d’exécution (10ème FED) et la programmation du 11ème FED, rappelant ainsi l’engagement de l’Union européenne en faveur du développement économique du Territoire des îles Wallis-et-Futuna.

actualités Wallis et Futuna Carole Manry europeanunion-en
OCTA innovation à Wallis-et-Futuna sur un dispositif d’appui aux TPE et PME

OCTA innovation à Wallis-et-Futuna sur un dispositif d’appui aux TPE et PME

 

Les TPE et PME sont à la source de la création de richesse, d’innovations et d’emplois. De nombreux freins à leur émergence et à leur développement ont été identifiés sur le territoire de Wallis et Futuna. Pour y remédier, l’OCTA a mis en place une mission d’expertise conduite par Danièle Petiteau, économiste et spécialiste de l’accompagnement d’entreprises, dont le cabinet est basé à Montauban, France. Un travail collaboratif, avec tous les acteurs économiques de l’archipel privés et publics, a permis de construire un plan d’actions détaillé et de mettre en place une gouvernance pour sa mise en œuvre (identification des pilotes opérationnels et des pilotes politiques pour son suivi et permettre les arbitrages nécessaires).

À l’issue des ateliers participatifs, (qui ont priorisé les actions, identifié les acteurs à mobiliser pour les mettre en œuvre), un travail a été mené avec les pilotes opérationnels et les pilotes politiques, pour valider les contenus, les budgets et le calendrier des 10 fiche-actions qui avaient été formalisées par Danièle Petiteau.

Le territoire a prévu d’innover y compris dans les modalités de mise en œuvre de ce plan en poursuivant la dynamique interinstitutionnelle enclenchée par la mission d’expertise, grâce à une formation au travail en mode projet où sont invités les acteurs publics et privés avec comme cas pratique : le plan d’actions TPE-PME.

actualités Missions d'innovation Wallis et Futuna
Projet innovant des femmes artisanes de Futuna

Projet innovant des femmes artisanes de Futuna

 

Ce projet fait partie de l’expérimentation de la fiche-action sur le financement participatif. L’introduction de ce nouveau type de financement via internet sera également l’occasion d’introduire de la concurrence dans le système bancaire local caractérisé par le monopole de la BWF filiale de BNP Paribas.

Le projet des femmes artisanes de Futuna est de recourir à la plateforme KissKissBankBank, partenaire de la Banque Postale, pour :

  • d’une part, financer par un appel aux dons une fresque en tapa (mettant ainsi en valeur ce savoir-faire, patrimoine du Pacifique sud), pour le sanctuaire du saint patron de toute l’Océanie, Saint Pierre Chanel à Futuna
  • et d’autre part, tester l’intérêt des pèlerins pour l’acquisition d’icônes réalisées dans cette technique ancestrale de décors sur écorce de mûrier, dans trois formats (marque-page, carte postale et tableau). Le projet a une dimension de pérennisation de l’activité des femmes artisanes qui, au-delà de la réalisation de la fresque (2 mois de travail pour 20 femmes), vont avec les icônes avoir une gamme de produits à fabriquer dans la durée.
actualités Wallis et Futuna industrie créative tourisme